Retour
Cats Ouverture
 
...tout simplement craquant ...
J'ai toujours été fasciné par les chats. A vrai dire, je ne m'en suis jamais vraiment passé. J'aime leur compagnie, leur caractère, leur beauté féline. On peut aisément comprendre la raison pour laquelle les égyptiens, et d'autres, les vénéraient. Mais aussi pourquoi beaucoup les craignaient (quoique entre la vénération et la crainte...) et en faisaient des suppôt du Malin, des oiseaux de mauvaise augure ... ce qu'on ne comprend pas, ce qui nous dépasse a souvent été diabolisé. C'est dans les yeux d'un chat que le mystère commence. Il y a dans ces yeux toute la magie de l'Univers. Ces yeux qui persistent à ne pas vouloir s'éteindre, même lorsque le noir semble total. On croirait deux petites fenêtres donnant sur une dimension blafarde issue de la Kabbale. Deux petits miroirs dans lesquels rien ne se réfléchit, si ce ne sont les étoiles de l'Univers ou la Lune mélancolique. Son corps majestueux vient compléter l'ensemble. La grâce du chat est universelle, c'est un funambule aérien. On aura beau faire, beau singer, s'échiner à se contorsionner, à se lover, à s'étirer, leur élégance enchanteresse restera sans commune mesure. Ces doux patins qui effleurent le sol à chaque battement de métronome que lui dispense sa queue. Sans parapluie, ni barre, le chat se joue de l'apesanteur. Ce qui atteint le mortel, n'affecte pas le divin. Lorsqu'un chat tombe, c'est comme une étoile qui choit du firmament. Ca a quelque chose de pathétique. On conçoit difficilement un chat faisant un faux pas, à fortiori chutant sans raison valable. Un chat qui tombe, c'est comme un Dieu déchu qui se découvre vulgairement humain. pourtant, les chats meurent. Ou plutôt, disons qu'ils se lassent. Notre compagnie les afflige et ils finissent par se morfondre, alors, ils filent. Mon dernier ami, qui était une Amie, s'en est allé douloureusement. C'est toujours très traumatisant. Après une quinzaine d'années de complicité, de compagnie, d'indépendance mutuelle ... "Un chat retombe toujours sur ses pattes", cet adage est exact. Tant sur le plan physique que sur celui de l'intelligence. J'ai de très bons souvenirs de lecture en compagnie d'une présence féline. Contempler un chat procéder à ses ablutions. Le regard effleurant nonchalamment le fauve apaisé. en pleine oisiveté, c'est une délectation. La sérénité que dégage un chat lové, même vigilant, c'est transcendant.


Le Chat en poésie
A savourer: des poèmes félins


Prose féline
Des félidés couchés sur prose