Revenir à l'accueil
IRLANDE


Le long de ces falaises battues par le ressac, le vert moussu et dru le combat en présence au gris des roches d'ardoise. Ca et là, des cours d'eau, du ru à la rivière, aux formes arrondies, aux rondeurs sensuelles, délimitent en parcelles l'étendue des plaine.
Et ils sont assistés en cela par des murs, ou plutôt des murets de pierres aplaties qui tiennent alors ensemble par un intime miracle. Par moment mise à plat, par d'autres verticales, voire en porte à faux et même en diagonale, ces enchevêtrements de roc apprivoisé, morcellent les terrains propres à l'agriculture et font, à vue d'oiseau, comme un puzzle géant.
Péninsule du Dingle
A même la falaise, de petits minarets, fragiles et insouciants, bravent le vide immuable et l'Éole d'Atlantique, montrant que l'Homme chétif sait être courageux.
Il savait respecter, quand il vivait avec, la Nature et ses dons. Mais c'est bien dans les Terres qu'il trouvait son bonheur.
Il défendait ses côtes, ses façades maritimes, elles étaient ses limites à l'Inconnu au loin. Il cajolait sa Terre, sa Mère nourricière, elle savait le soutenir et lui faire don de Tout.
C'est lorsqu'il n'aura plus cette Terre à chérir que l'Homme la délaissera et sera seul au monde.

Haut de page
Ouvrir d'autres portes...

vers d'autres paysages.